« MICKAEL … YOU ARE AN IRONMAN !!! »

C’était ce samedi 22 septembre, en Italie à CERVIA, et pour la 2ème fois de ma vie je savoure ces mots magiques au passage de la ligne.

Tout a commencé en décembre 2017, et un appel de mon beau-frère Fabrice : "Salut Mike, on ferait pas un IRONMAN cette année ? Celui d'Italie semble pas mal, c'est au mois de Septembre" ... le lendemain nous étions tous les 2 inscrits !

Le mercredi 19 septembre, avec Fabrice PAUMIER et son papa Jean-Luc, nous prenons l'avion direction Bologne. Après une multitude de péripéties (Valises vélos trop lourdes, problème avec la location de la voiture en Italie, etc.) nous arrivons à l'hôtel en fin de journée. Une petite sortie CàP pour se remettre en jambes et la journée se termine mieux qu'elle n'avait commencé.

Le lendemain, nous profitons pour récupérer nos dossards, faire quelques achats dans les boutiques du village triathlon, puis place au remontage et à la préparation des vélos, puis une petite sortie pour régler nos machines ... elles sont fin prêtes !

Vendredi, nous faisons une séance de natation et assistons au briefing en fin de matinée. Nous retrouvons sur place notre ami lillois Antoine PERCHE qui a de magnifiques projets pour le lendemain ... c'est un guerrier, une machine ! L'après-midi, nous déposons nos vélos et sacs de transition au parc. Il est gigantesque, tout en longueur. Lors du briefing on nous a annoncé que c'était le plus long du monde ... il fait plus de 700 m ! Le soir, nos familles nous rejoignent, quel bonheur de profiter et de partager ces moments avec nos épouses et enfants. Leur présence sera un atout supplémentaire pour demain. A 22 h il est temps de se coucher, mais le sommeil a beaucoup de mal à venir ... la nuit sera courte.

4h30 du matin samedi 22 septembre. C'est le jour J. Cela fait des mois que je m'entraîne. Je suis stressé mais serein car "j'ai bien travaillé". J'avale un petit déjeuner sportif puis prépare mes ravitos. A 6 h, avec Fabrice et Jean Luc, nous allons au parc à vélo déposer nos ravitaillements et nous préparer.

7h. Nous sommes prêts et déterminés ! Nous sommes dans le sas n°3 : natation 1h10/1h20. Fabrice change à la dernière minute et décide de démarrer avec les meilleurs (sas <1h) afin de ne pas être gêner à vélo.

7h30 Coup de pistolet et départ des PROS.

7h45 2ème coup de pistolet ... c'est à nous de jouer ! Départ en "rolling start" afin de ne pas batailler dans l'eau.

Je démarre la natation prudemment, je cherche un bon rythme et le trouve rapidement. Je m'oriente souvent et mes trajectoires semblent bonnes. L'eau de la mer adriatique est claire et chaude, mais infestée de méduses !

Je nage bien, je "glisse" bien, à la sortie à l'australienne avant la 2ème boucle j'ai de super sensations. Ça y est, je vois l'arche rouge de sortie de l'eau. Je sors et regarde mon chrono ... 1h08' pour 3,8 km, je suis méga content de ma natation, je m'attendais à 1h17.

Je courre jusqu'au parc à vélo, récupère mon sac de transition et me change rapidement. J'enfourche ma monture et c'est parti pour 180 kms en 2 boucles. Je pars sur un bon rythme sans m'emballer, je me fais doubler par des "mobylettes" mais conserve ma vitesse de +/- 33 km/h car la route est longue.

Au demi-tour, je me nourri des encouragements de mon épouse Paola et de mes enfants Camille et Hugo ... je suis bien. Puis au km 110 je prends un bidon de boisson énergétique de l'organisation, en boit une gorgée et la régurgite aussi tôt ... c'est le drame !!! Je vomis pendant près de 50 kms. Je n'arrive plus à m'alimenter ni à m'hydrater. Je suis fatigué. Le second tour de vélo est un calvaire, les 30 derniers kms un chemin de croix, j'ai du mal à tenir 23 km/h ... et il reste encore un marathon à courir derrière.

J'arrive enfin au parc après 6h30 de vélo. Je suis vidé mais il faut y aller ! Je marche toute la transition. A la sortie du parc, ma famille est là et m'encourage de toutes ses forces. Je leur dit que j'ai été malade mais que j'irai au bout ... pour eux ... ils ont tellement subis mes caprices d'entrainement que l'abandon est impossible ... c'est eux qui méritent que je passe la ligne.

Au 1er ravito, je prends pour la 1ère fois du coca et cela me fait un bien fou. J'ai beaucoup de mal à courir, l'estomac est encore en vrac. Les kms défilent dans la difficulté. Au km 15 je suis tellement fatigué que je m'allonge quelques minutes sur un banc. Je redémarre puis commence à retrouver des sensations. Je réussi à courir entre chaque ravitaillement. Je prends un Red Bull au km 21 ... il paraît que ça donne des ailes ?!? Certainement ! Je reprends des forces, je réussi à m'alimenter et boire normalement ... ça y est ... le mental a fini par prendre le dessus sur la douleur ... c'est reparti.

Je réalise les 2 dernières boucles plus rapidement que les précédentes. Ma famille est ultra présente sur le bord de la route et je me nourri de leur soutien et de leurs encouragements.

Arrivent les 2 derniers kms qui me mènent vers l'arche d'arrivée. J’accélère (un peu) pour profiter d'être seul sur la photo de finisher. Je foule enfin le tapis siglé IRONMAN. J'entends ma famille qui hurle sa joie et me donne les dernières forces pour un sourire au passage de la ligne.

 

12h38'19" ... c'est exceptionnel !!!

 

Je voulais passer sous les 13h mais avec les vomissements, je n'étais plus certain de rien.

Quel plaisir, quelle joie, un déluge de sentiments sans mots !

Fabrice est là, il m'a attendu. Il a bouclé en 10h40' ! Il est grandiose !!!

Je retrouve Paola, Camille et Hugo ainsi que la famille PAUMIER. Je suis sur un nuage, ils sont fiers de moi et moi ... si fiers d'eux !

Je ne sais pas encore quel sera le prochain objectif, tant celui-ci a été éprouvant. Aussi bien physiquement que mentalement pour moi pendant l'épreuve, mais également dans la vie privée où ma famille a du composer avec mes longues phases d'entraînement.

Je veux remercier du fond du cœur mon épouse, Paola, ainsi que ma fille Camille et mon fils Hugo pour leur soutien sans faille, leurs encouragements, et pour me laisser participer à ces épreuves et vivre cette passion dévorante. Un tout grand MERCI également à Laurence (Coach Lolo) et le club de LOMME NATATION TRIATHLON pour ses programmes d'entraînement aux petits oignons, sa patience, son dévouement et son professionnalisme. Elle qui a su composer des séances qui tenaient compte des contraintes de la vie professionnelle et de la vie privée. Ma maman Anne-Mary et mon papa Michel qui n'ont malheureusement pas pu faire le déplacement, mes amis des clubs de LOMME NATATION TRIATHLON et du RAVENSBERG de BAILLEUL qui ont partagés mes entraînements et qui m'ont toujours apporté leur soutien et leurs encouragements. Les CYCLES DESSY pour le vélo COLNAGO CONCEPT, cette magnifique machine, Olivier LYOEN pour les excellents conseils dans l'achat de mes HOKA ONE ONE. Mon beau-frère Fabrice PAUMIER et son papa Jean-Luc PAUMIER pour les réglages vélos et la logistique ...

Je passe la ligne aussi grâce à vous tous !

JE SUIS MICKAEL SONNEVILLE ... ET JE SUIS IRONMAN !!!